Brève histoire d'un petit naufrage... et j'ai eu de la chance !

Publié le par MiC

 

Or donc, j'étais bookée dimanche sur le vol de retour de 12h40. J'étais à l'airport à 10h30. Check-in, file infernale pour passer la sécurité, quelques achats au Duty Free

 

DSC01415

 

Attente et ... vol annulé. Et débrouille-toi madame MiC parce que tout le personnel a disparu. Après quelques errances, je comprends qu'il me faut repasser au check-in. On me booke sur le vol de 17h35. Il est 12h00. Je m'installe au Sky Loundge où je réussis à faire durer une eau gazeuse pendant plus de deux heures ! Ce que je suis contente d'avoir pris trois livres, et d'en avoir trouvé un autre à Milan.


DSC01417

 

Conversation avec deux messieurs bloqués depuis vendredi, à destination d'Heathrow. Ils le prenaient bien... se faisant payer le week-end à Milan par leur boite. A 16h10, le vol de 17h35 est annuléJe me retrouve donc au check-in. Où on m'annonce qu'il n'y a plus de vol pour CDG, qu'on ne peut me booker sur le vol de 7h du lendemain, et qu'il me faut aller au stand "Airport 2000" où on m'attribuera un hôtel.

 

CHANCE : je ne dormirai pas dans l'aéroport.

 

18h : ça sera l'Holiday Inn Express où un mini-bus nous emmène. Je commence à reconnaître des têtes. Comme je te le disais dans l'article précédent, deux ordis à dispo pour tout le monde dont l'un est squatté par une fausse blonde. Ça ronchonne à peine, les gens sont fatigués.

 

Pendant que j'attends mon tour aux ordis, je commence à discuter avec les personnes autour de moi : une étudiante canadienne qui essaie de rallier Toronto, une chinoise "kawaï" de 24 ans bloquée à destination de Heathrow...

 

La fausse blonde plante l'ordi, me laisse sa place, et me tance de prévenir le personnel à l'accueil...

Ben voyons.

 

Rendez-vous nous a été donné à 19h30 dans le lobby pour le dîner, car l'hôtel ne fait pas restaurant. Les deux personnes qui gèrent l'accueil de tout le monde à eux tout seul distribuent des plans pour arriver au seul endroit où les hébergés pourront être nourris.

 

Une vieille dame monopolise les deux personnes, se fait expliquer le plan plusieurs fois... et se barre dans sa chambre avec ! 

 Trois messieurs prennent le plan suivant, et filent en marche accélérée dans la nuit noire.

L'humanité se révèle... 

 

Le Crowne Plazza a la charge de nourrir les naufragés des hôtels alentours. Plâtrées de pâtes et petits pains dans une salle au sous-sol à moitié éteinte. Le croirais-tu : je suis la seule à oser appuyer sur les interrupteurs ! 

 

La tension monte un peu, le moral s'écroûle... Je refuse que ça se passe ainsi à "ma" table. Me voici donc à socialiser : où allez-vous ? que faites-vous dans la vie ? qu'avez-vous comme nouvelles ? La fausse blonde des ordis commence à s'épancher... La jeune Chinoise "kawaï" me lance "On rentre ?" ce que nous faisons.

 

Car oui, il s'avère que dans l'adversité, la MiC a tendance à rejeter les éléments "toxiques".

 

Le Check-in m'avait demandé d'être à 6 heures à l'aéroport. Debout à 4h30 après une nuit sans sommeil à guetter la météo sur TV5Monde. La première navette était annoncée à 5h35. A 5h10, le lobby commence à se remplir. Je reconnais une jeune femme blonde, échange de pâles sourires fatigués.

 

Des petits vieux Français rouspétaient bien fort. Un taxi arrive, commandé par un couple qui n'envisage même pas d'emmener qui que ce soit avec eux. Le mini bus arrive, les petits vieux se précipitent en bousculant tout le monde...

 

L'aéroport est bondé, la queue au Check-In de Lufthansa est affolante. Les panneaux publicitaires ont perdu tout leur charme

 

DSC01414

 

La jeune femme blonde passe un billet à la main. Je l'interroge : elle l'a eu au Service Order Desk et est bookée sur le vol de 7h. Je passe donc au Service Order Desk. Qui m'envoie au Biglieti. Qui me renvoie vers le Check-In. Qui m'annonce qu'il me faut courir très vite si je veux avoir le vol de 7h.

 

CHANCE : je suis surclassée en business pour passer la douane à toute allure.

 

Allez, la suite demain, promis ! Je t'emmène en Suisse...

T'as qu'à voir

 

=^..^=

Commenter cet article

caramel 22/12/2010 21:22



Ben quelle aventure !! Je comprends que tu sois un peu dégoûtée  ! Je ne savais pas que Milan était une
destination aussi sportive  !



MiC 23/12/2010 21:56



je ne dirais pas sportive............. juste un poil pénible.



Mirelha 22/12/2010 12:48



Et as-tu vu la Cène ? Je l'ai vue (la fresque) quand elle était en restauration (ah ! ah ! ah ! restauration = la Cène !!!) et c'était très émouvant... sauf les pigeons (je ne dis pas le fond de
ma pensée, trop peur qu'ils me lisent et se vengent) mais, bon sang, je ne supporte pas ces bêtes !



MiC 23/12/2010 21:55



ah non, moi j'ai vu la pizzeria. hahaha. pour les pigeons, je pense comme toi : ce sont des rats volants. birk ! quand je pense à ces volées de sales bestioles sur
la place San Marco de Venise. tssss



soleil 22/12/2010 11:49



Moi je dis VIVE LE SOLEIL ...Biz Soleil (puisque je te le dis héhé...)



MiC 23/12/2010 21:54



moui moui moui.... mais non. je vais attendre qu'il vienne à moi. na voilà ! il y a de la neige, par chez toi ?



Mère 22/12/2010 10:33



Très fière de vous, ma toute bonne, vous avez fait ce qu'il convenait de faire pour que l'ambiance soit moins plombée, donné un peu de détente autour de vous, la MiC est épatante quand le vent
mauvais souffle, et puis les voyages forment la jeunesse et toute cette sorte de lieux communs. Vu par votre oeil pointu, ça devient tout à fait marrant, votre épopée, il me tarde de connaitre la
suite, il me tarde surtout de savoir ce que vous avez fait à Milan ! Félicitations d'avoir "fait" la pinacothèque Breda, même si je continue à penser que vous auriez mieux apprécié l'Ambrosiana,
mais c'est vrai que les pieds énormes du Christ allongé sont aussi une curiosité digne de votre visite.



MiC 23/12/2010 21:54



ben non, non et non, je refuse de payer 15 € pour entrer dans un musée. parfois la MiC a des principes. quant à ce que j'ai fait, je ne dirais pas qu'il s'agissait
de détendre l'atmosphère mais plutôt de la civiliser. quand je pense à ces andouilles qui mangeaient dans le noir parce qu'aucun n'avait envisagé d'appuyer sur les
interrupteurs.............



Annfil 22/12/2010 10:02



Ma pauvre MIC ! Vu d'ici tu m'as fait rire mais j'imagine ton état d'esprit là-bas !


Parfois on fait des rencontres intérréssantes dans ces circonstances, mais tu es mal tombée ou alors l'humanité se déshumanise ! ! !


Quand on vis ce genre d'aventure seule c'est pas drôle du tout.


Vite, j'attends la suite.


Je suis rassurée pour M'Agathe.


.


 



MiC 23/12/2010 21:48



ravie de t'avoir amusée, c'est déjà ça ! l'humanité est ce qu'elle est............



nouche 22/12/2010 07:30



tu vois que tu devrais partir plus souvent, il t'arrive plein d'aventures ... Ok je sors


mais avant, juste :  j'en suis à la moitié de Nobody Owens, j'aime bien.



MiC 23/12/2010 21:35



ravie que ce livre te plaise. j'ai beaucoup aimé le style. enfin un livre qui ne prend pas les ados pour des abrutis.



Waldo 22/12/2010 01:38



OUAAHH quelle aventure, j'ai hâte de connaître la suite... et les gens.. oh làlà j'aurais pas pu très bien supporter le côté un pour tous, tous pour moi !!!



MiC 23/12/2010 21:19



ah mais c'était pire que ça, c'était moi-d'abord, moi-surtout, ma gueule-avant-tout. et encore, ça a été soft, finalement.......